L'immobilier dans l'Ouest lyonnais
30 Déc

Votre agence immobilière de Charbonnières-les-Bains dresse un bilan du marché immobilier 2019 !

S’il est encore trop tôt pour tirer un bilan du marché immobilier 2019, cette année restera sans nul doute dans les mémoires comme un cru particulièrement bon, s’inscrivant dans la continuité des quatre dernières années. Votre agence immobilière de Charbonnières-les-Bains dresse un bilan du marché immobilier 2019 !

+ 10 % à Lyon depuis janvier
Côté prix, alors que 2018 était marquée par une progression déjà conséquente de 1,2% au niveau de l’Hexagone, 2019 a vu cette tendance haussière se renforcer avec une augmentation de 1,8% en seulement onze mois. À l’image des années précédentes, le marché reste néanmoins toujours porté par Paris et les grandes métropoles françaises dont l’activité économique attrayante tire les tarifs de la pierre vers le haut. Avec, comme principale fer-de-lance, Lyon (+10,4% depuis janvier) et Nantes (+8,1%). Conséquence : une fracture tarifaire toujours nette entre les zones rurales (+1,3%) et les dix plus grandes villes de France (+4,7%).

Quant au volume de transactions, il a battu cette année son record absolu en dépassant, avant même décembre, le million de ventes. Si nous avions certes pronostiqué il y a douze mois une année 2019 dynamique sur la lancée de 2018, notre projection s’est toutefois révélée au fil des saisons en deçà de la réalité. En cause ? Les taux immobiliers qui, contrairement au scénario que nous avions envisagé avec les premières annonces de la BCE, ne sont pas repartis à la hausse à l’été, mais ont à l’inverse continué à reculer. N’impactant pas de fait la motivation des Français à entrer sur le marché.

Pas de trace de l’apocalypse immobilière annoncée
Et les derniers chiffres du Baromètre national des prix de l’immobilier de MeilleursAgents, publié ce mois-ci sont à l’image de l’année écoulée. Loin des discours alarmistes, les performances de novembre attestent que l’apocalypse immobilière annoncée n’est pas d’actualité (+1,1% à Lyon, +0,8% à Toulouse, +0,7% à Montpellier, +0,6% à Nantes, Strasbourg et Lille, +0,5% à Marseille, 0,2% à Nice et Rennes). Même Paris, où les plus alarmistes n’hésitaient pas à parler en septembre de « bulle prête à exploser », ne craque pas avec 0,6% de hausse en seulement un mois.

O.D. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée