L'immobilier dans l'Ouest lyonnais
28 Mai

Quel appartement pouvez-vous acheter à Charbonnières-les-Bains avec le salaire moyen ?

L’Insee vient de publier son étude annuelle sur les salaires dans le secteur privé (données 2016), l’occasion de faire le point sur le pouvoir d’achat immobilier dans les grandes villes de France en mettant à jour les inégalités selon les villes, mais aussi les niveaux de salaire … En moyenne, une personne travaillant dans le secteur privé à temps plein gagne 2 238 euros nets/mois (+ 0,5 % en euros constants sur un an).

Avec ce salaire moyen, on peut acheter 92 m² à Clermont-Ferrand, 39 m² à Lyon, à côté de Charbonnières-les-Bains et seulement 16 m² à Paris. En outre, les écarts entre les plus bas et les plus hauts salaires (1er et dernier déciles) sont également révélateurs des freins à l’accès à la propriété pour certains Français. Ainsi à Toulouse, par exemple, les 10 % des Français qui ont les revenus les moins élevés ne peuvent acheter que 30 m² contre 92 m² pour les 10 % les plus hauts… Enfin, l’Insee révèle que les écarts de salaires moyens hommes/femmes persistent. Résultat, les femmes peuvent emprunter en moyenne sur 20 ans 32 000 € de moins que les hommes !

La moitié des Français ne peut pas acheter plus de 13 m² à Paris ou 30 m² à Bordeaux
Selon les données de l’Insee, le salaire médian (2016) est de 1 789 €, ce qui signifie que la moitié des salariés du secteur privé perçoit moins que cette somme, et l’autre moitié plus… « Avec un salaire médian à 1 789 €, la moitié des Français travaillant à temps plein dans le privé ne peut pas emprunter plus de 123 519 € sur 20 ans… Si on prend le prix médian au mètre carré en France, cela signifie que la moitié des Français ne peut pas acheter plus de 61 m² … mais dans certaines villes où les prix de l’immobilier ont flambé, c’est beaucoup moins. 50 % des Français ne pourraient pas acheter plus de 13 m² à Paris, 30 m² à Bordeaux, ou 31m² à Lyon, explique Sandrine Allonier. C’est aussi l’une des causes de l’allongement des durées de prêt car dans certaines villes la baisse des taux ne suffit plus à compenser la hausse des prix ».

O.D. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée