L'immobilier dans l'Ouest lyonnais
26 oct

Vous perdez du pouvoir d’achat dans l’Ouest lyonnais !

59©-Ainoa-copy

Vous souhaitez acheter une maison dans l’Ouest lyonnais ? Si le futur est très incertain, il y a encore aujourd’hui de bonnes raisons de rester optimiste jusqu’à la fin de l’année. Le nombre de transactions réalisées en 2017 montre qu’il y a toujours énormément biens disponibles sur le marché, laissant aux accédants des marges de négociations appréciables. Si les taux sont repartis à la hausse, ils restent malgré tout historiquement bas. De quoi se réjouir… Petit bémol : le pouvoir d’achat immobilier baisse dans les grandes villes. En clair, vous achèterez une maison dans l’ouest lyonnais un peu moins grande qu’il y a quelques mois.

Des taux stables et des OAT 10 en baisse
Après l’accalmie estivale, les taux sont repartis à la hausse en cette rentrée. Ils se sont établis en septembre à 0,96% sur 10 ans, 1,25% sur 15 ans, 1,53% sur 20 ans et 1,74% sur 25 ans, soit des hausses pouvant aller jusqu’à plus de 0,14% par rapport au mois d’août (qui affichait 1,39% sur 20 ans), malgré des OAT 10 ans à la baisse. En cette fin d’année, la demande est portée par un sursaut suite aux annonces du gouvernement sur le logement. Les taux restent historiquement bas et les banques continuent de prêter. Avant une année 2018 qui ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices, tous les signaux sont en vert pour accéder à la propriété durant les prochains mois.

Pouvoir d’achat immobilier en berne
Sous le coup de la hausse des taux et de celle des prix, en revanche, le pouvoir d’achat immobilier des acquéreurs, lui, diminue. Dans les zones tendues, cette détérioration des capacités d’achat se fait particulièrement sentir. Ainsi, en septembre 2017, par rapport à novembre 2016, les acquéreurs perdent 10 % de surface à Bordeaux, 5 % à Lyon et Strasbourg et 4 % à Paris. « Et cela devrait continuer, précise Philippe Taboret, directeur général adjoint de Cafpi. En effet, en octobre 2017, le taux proposé sur 20 ans est à 1,65% contre 1,42 il y a un an ». Cependant, dans les villes moins denses, le ratio est toujours positif. Les acquéreurs peuvent acheter 7 % de surface en plus à Reims ou 4 % en plus à Montpellier par rapport à novembre 2016.

O.D. / Bazikpress © Ainoa

Article précédent


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée